MARDIN EVLERI


(Page en cours de construction)

Bibliographie
Auteur Titre Parution
Auteur Titre Parution
GABRIEL Albert Voyages archéologiques dans la Turquie orientale Paris - 1940
ALTUN Ara Mardin'de Tûrk devri mimarisi Istanbul - 1971
SÖZEN Metin Anadolu'da akkoyunlu mimarisi Istanbul- 1981
ERGINBAŞ Dogan Diyarbakir evleri Istanbul - 1953
Auteur Titre Parution
Auteur Titre Parution



.

.

.

.

.

.

.

Localisation des 11 maisons étudiées :

  1. Maison M01 : ULU CAMII MAHALLESI - KUMRULAR SOKAK 114 KAPI 4
  2. Maison M02 : BABUSOR MAHALLESI
  3. Maison M03 : ŞAR MAHALLESI - DERE SOKAK 250 EV n°27
  4. Maison M04 : ÇABUK MAHALLESI 239 - SOKAK 102
  5. Maison M05 : MEDRESSE MAHALLESI - SOKAK 253 n°42
  6. Maison M06 : SOKAK 60/62
  7. Maison M07 : ŞAR MAHALLESI - SOKAK 239 EV n°94
  8. Maison M08 : Annexe de la poste face à la Shahidia camii
  9. Maison M09 : SAVURKAPI MAHALLESI 21 - SOKAK 7
  10. Maison M10 : TEKER MAHALLESI - SOKAK 53 HANE 1
  11. Maison M11 : SAVURKAPI MAHALLESI - SAGLIK TAKSI DURAGI BITIŞI N°2


Espaces intérieurs :

Les espaces intérieurs se décomposent en deux groupes distincts car toujours indépendants les uns des autres. On peut les nommer appartements. Une maison peut être composée de plusieurs appartements qui se juxtaposent sur un même niveau ou se superposent sur deux ou trois étages. Ils sont toujours desservis depuis la terrasse. Le premier groupe comprend les salles en T renversé et les alcôves qui complètent leur géométrie. Le second, des odas principales indépendantes regroupées autour d’un iwan.


La salle en T :

Sa façade est toujours au fond de la terrasse, c'est-à-dire qu’elle s’ouvre vers le Sud. Extérieurement elle peut être marquée par une galerie qui la précède (maison M09 - niveau 2), mais elle ne signale pas en volume comme les qa’a du Caire. Les hauteurs de voûtes sont peu variables dans l’ensemble de la maison.

Il est difficile de connaître la dénomination locale de la salle car la plupart ont subi des transformations. Les parties latérales sont fermées pour créer des odas (nommées salun quand elles sont meublées à l’occidentale) et la partie centrale devient le « hall ». Les espaces constituant la salle sont peu différenciés, le traitement de sol et le principe de voûtement sont identiques. La partie basse constitue une travée identique aux trois autres. La différence de niveau est tr&eagrave;s faible, de quatorze à vingt centim&eagrave;tres.

Quand on poursuit l’axe transversal, c'est-à-dire dans le sens de la hampe du T, on franchit la marche qui délimite la partie basse (ataba syrienne). De là s’ouvrent latéralement de part et d’autres les portes vers les deux alcôves. Au-delà il faut franchir une deuxième marche pour pénétrer dans le fond de la salle en T. Ce dispositif est identique à celui que l’on retrouve dans certains iwans syriens où la ataba recule dans l’iwan au-delà des portes s’ouvrant sur les deux chambres latérales.

Les alcôves sont des pièces totalement obscures, occupées par la cuisine et les réserves.

Dans la maison M05, le fond de la salle en T est séparé au niveau de la deuxième marche par une cloison légère en claustra comprenant une porte à deux battants et deux fenêtres latérales. L’entourage et les portes des niches sont les seuls éléments décoratifs.


L'Oda :

L'Oda est un élément indépendant qui est rarement en communication avec les autres espaces intérieurs. Elle s'ouvre sur un iwan ou exceptionnellement sur la terrasse. Elle est constituée de deux travées de voûtes d’arête ou bien d’une voûte en arc de cloître, mais dans les deux cas les dimensions et les proportions sont presque constantes. Il semble que le premier type de couvrement les ait définitivement fixés. La géométrie de l’oda est proche du double carré. La largeur moyenne est de 3,80 mètres, la longueur de 8,10 mètres.

L’oda se décompose en deux parties séparées d’une marche d’une quinzaine de centimètres de hauteur, au niveau de laquelle se dressent deux garde-corps.

La première correspond à la zone d’entrée dans laquelle on se déchausse (seki alti de la maison ottomane). Elle est large d’environ 1,30 mètre.

La porte d’entrée peut être indifféremment dans l’axe ou sur le côté de l’oda, mais les deux garde-corps symétriques recentrent toujours le franchissement de la marche pour faire face au sedir qui occupe toute la largeur du fond de l’oda.

Derrière le sedir, deux fenêtres de part et d’autre d’une niche centrale décorée répondent à la porte d’entrée encadrée par deux niches. De même les parois latérales se répondent symétriquement par des compositions de fenêtres et de placards, du moins dans la travée du fond car la première comprend toujours une niche beaucoup plus grande pour dissimuler la literie derrière un rideau.

La dénomination des niches correspond à leurs dimensions : büyük taka, taka, küçük taka (du mot turc tak : arc), grandes et petites niches. Les plus grandes sont protégées par un voilage, les autres sont fermées par des portes en bois sculpté ou vitrées quand elles sont dans l’axe à l’entrée ou au fond de la pièce.


Texte rédigé en 1985 à l'issue de deux séjours à Mardin en décembre 1984 et mars 1985.


Retour à la page d'accueil